lundi 30 mars 2015

Utilisation du Mobile à travers 32 pays émergents


  • Presque personne au Nigeria, au Ghana, au Bangladesh et en Ouganda possède un téléphone fixe. Seulement 1% de la population au Nigeria, au Ghana, au Bangladesh et en Ouganda dire qu’ils possèdent un téléphone fixe dans leur foyer, tandis que 89% au Nigeria, 83% au Ghana, 76% au Bangladesh et 65% en Ouganda ont des mobiles. Cela se compare à 60% de la pénétration du fixe aux États-Unis
  • Une moyenne de 76% dans les pays émergents et marchés en développement disent qu’ils ont utilisé leurs téléphones cellulaires pour envoyer des messages texte dans les 12 derniers mois

mardi 8 octobre 2013

" CONSTITUTE " le comparateur de toutes les constitutions des pays indépendants du monde par Google!




Google vient de lancer un comparateur des constitutions de tous les pays "indépendants" du monde: CONSTITUTE .

L'outil a été développé par le Comparative Constitutions Project projet initié depuis 2005 avec la participation d'universités américaines et anglaise. Il a été ensemencé avec une subvention de Google Ideas à l'Université du Texas à Austin, avec le soutien financier Indigo Trust et IC2.



                 THE WORLD'S CONSTITUTIONS TO READ, SEARCH AND COMPARE

POURQUOI CONSTITUTE?

De nouvelles constitutions sont rédigées chaque année. Les gens qui écrivent ces documents importants doivent lire et analyser des textes provenant d'autres endroits. Constituer offre un accès aux constitutions du monde que les utilisateurs puissent comparer systématiquement à travers un large éventail de sujets - en utilisant une interface propre et moderne .

COMMENT UTILISER CONSTITUTE?

CONSTITUTE vous permet d'interagir avec les constitutions du monde en quelques différentes manières.

Trouver rapidement les passages pertinents. The Comparative Constitutions Project a « Tagué » des passages de chaque constitution avec un sujet - par exemple , «le droit à la vie privée » ou « égalité sans distinction de sexe " - afin que vous puissiez trouver rapidement des extraits pertinents sur un sujet particulier , peu importe la façon dont ils sont formulés . Vous pouvez parcourir plus de 300 topics dans le tiroir extensible sur la gauche de la page, ou consulter les rubriques proposées en utilisant la barre de recherche (qui vous permet également de réaliser des requêtes en texte libre ). Filtrer les recherches. Vous voulez afficher les résultats pour une région spécifique ou une période donnée ? Vous pouvez limiter votre recherche par pays ou par date en utilisant les boutons dans la barre de recherche.

Enregistrer pour analyse ultérieure. Pour télécharger ou imprimer des extraits de plusieurs constitutions, cliquez sur le bouton " pin" à côté de chaque passage élargi vous souhaitez enregistrer. Vous pouvez ensuite visualiser et télécharger vos extraits épinglés dans le tiroir à droite.

UTILISATION DES DONNEES

Le contenu de constituteproject.org est fourni sous licence 
Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 Unported License ( qui vous permet d' utiliser gratuitement de l'information sur le site , aussi longtemps que vous fournissez attribution au projet des Constitutions comparatif , et que toute distribution ultérieure est sous une licence similaire). Les données qui alimentent le site sont architecturés et entretenu conformément aux principes du web sémantique, pour plus d'informations sur ces données et d'autres façons d'interagir avec elle , voir le site Web du Projet de Constitutions comparatif.

Si vous voyez quelque chose qui vous semble incorrecte ?
Faites-nous savoir si vous rencontrez des problèmes avec une constitution ou un de ses extraits . Chaque passage a une icône d'erreur que vous pouvez cliquer pour nous dire quand il est mal catégorisée ou s'affiche pas correctement . Nous sommes très à cheval sur l'exactitude et la fiabilité des données et apprécions vos commentaires.

Quelles constitutions sont présentes dans CONSTITUTE ?

Actuellement CONSTITUTE comprend les constitution qui était en vigueur en Septembre 2013 pour presque tous les états indépendants dans le monde. Certains pays dont l'ordre constitutionnel se compose de plusieurs documents , ou dont les constitutions sont en transition , sont temporairement supprimés. Bientôt, nous allons inclure plusieurs de ces cas , ainsi qu'une version de chaque constitution disponible jamais écrit depuis 1789.


Qui est derrière CONSTITUTE?

CONSTITUTE a été développé par  le 
Comparative Constitutions Project. . Il a été ensemencé avec une subvention de  Google Ideas au profit de l'Université du Texas à Austin, avec le soutien financier de  Indigo Trust and IC2.  Les composants de recherche sémantique ont été créés par le Miranker Lab à l'Université du Texas. L'Ingénierie et le web-design sont fournis par  Psycle.

Les organisations suivantes ont fait des investissements importants dans the Comparative Constitutions Project depuis 2005 :the National Science Foundation (SES 0648288, IIS 1018554), the Cline Center for Democracy, the University of Texas, the University of Chicago, and the Constitution Unit at University College London.





Kaïss Benyahia de Retour au Cabinet Royal

Retour remarqué au Cabinet Royal de M. Kaïss Benyahia, Directeur de la communication institutionnelle de la Fondation Mohammed V pour la Solidarité , en tant que chargé de mission lors de la réception , jeudi dernier au Palais royal de Casablanca, les membres de la délégation officielle devant se rendre aux Lieux saints de l'Islam pour accomplir le rite du pèlerinage.




Pour rappel, en 2007 M. Kaïss Benyahia, jusque-là porte parole de la Fondation, a été nommé par SM le Roi au cabinet Royal en tant que chargé de mission en charge de la logistique. Des rumeurs sans fondement le plaçaient dans le temps comme communicateur attitré du Palais.

samedi 5 octobre 2013

New Work Lab te convie à une discussion unique avec un directeur de campagne Digitale d'Obama

Hello New Worker
Après l'exceptionnelle rencontre avec Augustin, co-fondateur de la société "Michel et Augustin"
New Work Lab te convie à une discussion unique avec un directeur de campagne d'Obama le 7 Octobre

Nous serons vraiment heureux que tu te joignes à nous pour cette première au Maroc

One Hour With Harper Reed !

Obama l'a écouté, et vous l'écouterez vous ? le 7 octobre, Visioconférence en ANGLAIS

Il est l'icone de toute la jeunesse américaine, un homme d'exception qui incarne le futur de l'économie digitale
C'est un DEVELOPPEUR de renom, un très fin STRATEGE, un expert du MARKETING, un ENTREPRENEUR hors pair

Pourquoi l'écouter

Il a changé les règles du jeu de la campagne en débauchant les plus grands experts de la Silicon Valley. Il a lancé un mouvement international célèbre : le crowdsourcing

Il nous parlera des best practise de la silicon valley, sa vision du futur de l'économie digitale, de la place des startups, de la culture startup. Tous les enseignements de la campagne sur le plan RH, Marketing, Digital ..

Agenda

  • 19h15-19h40 : Accueil des participants
  • 19h40-20h30 : Mot de bienvenue, les enjeux de la campagne, préparation collective de l'interview
  • 20h30-21h15 : Echanges par Visioconférence avec Harper Reed (en anglais)
  • 21h15-22h00 : Networking, échanges d'expériences
En raison du changement d'horaire, la rencontre avec Harper Reed démarrera à 20h30 et non 19h30 comme initialement prévu

Retour sur la rencontre avec Augustin

Nous avons reçu 1 entrepreneur hors pair qui a révolutionné les codes de son secteur d'activité, des invités incroyables, 60 participants très dynamiques et fantastiques, le tout dans une ambiance très New Workaise.
La vidéo de la rencontre sera en ligne prochainement

TWITTER

Suivez toute notre actualité surTWITTER

FACEBOOK

Suivez nous sur FACEBOOK. If You like it, "Like" it
Visitez notre SITE INTERNET

Votre avis compte pour nous !

Nous construisons New Work Lab avec vous, pour vous, faites nous part de vos envies, de vos commentaires. 
Contactez- nous : hello@newworklab.com
17, Rue Najib Mahfoud, 3ème étage, Place Ollier, quartier Gauthier, Casablanca, 0, Morocco
si vous ne souhaitez plus recevoir de message de notre part, CLIQUEZ SUR LE LIEN SUIVANT 

mardi 1 octobre 2013

I N E D I T : A cause du SUTDOWN La Maison Blanche arrête la mise à jour et le traitement de son site web et de sa page facebook.


I N E D I T : A cause du SUTDOWN La Maison Blanche arrête la mise à jour et le traitement de son site web et de sa page facebook.


Sous l'impulsion de leur noyau radical du Tea Party, les Républicains ont inclus un amendement à la loi des finances proposée par le parti du président, visant à reporter l'implémentation de la réforme de sécurité sociale Obamacare. Adoptée en 2010, cette réforme serait alors repoussée d'une année supplémentaire. Retoqué par les Démocrates lors des aller-retours entre les deux chambres, cet amendement bloque désormais l'adoption de la loi des finances. D'où le blocage législatif entre les deux grands partis américains .
Les instances fédérales se retrouvent donc au chômage technique. Faute d'un accord sur le budget, l'Etat fédéral américain, qui emploie plus de deux millions de fonctionnaires, réduit les dépenses en suspendant le travail.








vendredi 27 septembre 2013

Groupe X Maroc : Khalid Safir, seul candidat pour succéder à Driss Benhima



L’Association marocaine des anciens élèves de l’Ecole polytechnique française (Groupe X Maroc) se réunira en assemblée générale ce 28 septembre 2013 à Casablanca et procédera à l’élection d’un nouveau président et d’un nouveau bureau.
Pour l’heure, un seul candidat est en lice pour succéder à l’actuel président . Il s’agit de Khalid Safir, Secrétaire général du ministère des finances.
Rappelons que l’Association marocaine des anciens élèves de l’Ecole polytechnique française a pour but de resserrer les liens de confraternité de solidarité et d’entraide entre ses membres et contribuer à l’effort national de développement culturel, technologique et économique. L’Association a également pour but d’apporter toute l’aide nécessaire aux futurs polytechniciens marocains en cours de scolarité, et d’une manière générale, à tous les étudiants brillants dans le domaine des sciences exactes.
Parmi les illustres élèves de l’Ecole polytechnique française, on notera Mohamed Ramsès Arroub, PDG de Wafa Assurance, Driss Benhima, PDG de Royal Air Maroc, Chakib Benmoussa, ancien ministre de l’Intérieur et actuel ambassadeur du Maroc en France ou encore André Citroën, fondateur de la marque Citroën et Valéry Giscard d’Estaing, ancien président de la République Française.

source ; Challenge

jeudi 26 septembre 2013

Oxford Business Group - Le Maroc renforce sa politique de croissance des exportations

«La hausse et la diversification des exportations marocaines devraient permettre au Royaume de réduire sa dépendance sur les capitaux étrangers», soulignent les experts de l'OBG. Ph : MAP

Les efforts déployés par le gouvernement marocain pour encourager la croissance des exportations ont revêtu une importance sans précédent à l’heure où l’on prévoit une période difficile pour les marchés émergents qui affichent un lourd déficit courant. En cas de succès, la stratégie du royaume baptisée « Maroc Export Plus », qui vise à multiplier par trois les exportations pour atteindre le chiffre de 327 milliards de dirhams (29,32 milliards d’euros) d’ici 2018, permettra de réduire la dépendance du pays envers les capitaux étrangers et de diversifier l’offre exportable.
Un récent rapport de Morgan Stanley indique que le déficit courant marocain enregistré à ce stade de l’année 2013 occupe la troisième place mondiale en pourcentage du PIB, devancé seulement par le Liban et l’Ukraine, et s’établit à 7% du PIB. Le repli attendu de l’assouplissement quantitatif aux États-Unis entrainera une diminution des dollars disponibles pour l’investissement étranger, exposant le Maroc à une baisse des entrées de capitaux. Une croissance soutenue des secteurs d’exportation, surtout en dehors des segments des phosphates et de l’agriculture, permettrait de réduire le déficit courant actuel et de renforcer l’économie marocaine.

Initiatives d’exportation

Plusieurs initiatives lancées par l’État viennent étayer la stratégie Maroc Export Plus, notamment le programme Contrats de Croissance à l’Export (CCE). Le programme CCE apporte un appui financier direct aux entreprises qui vendent des produits à l’étranger – jusqu’à 5 millions de dirhams (450 000 euros) pour les entreprises exportatrices confirmées et 2 millions de dirhams (180 000 euros) pour les sociétés émergentes. Les entreprises souhaitant participer au programme doivent soumettre un business plan qui présente un nouveau produit d’exportation ou un nouveau marché cible. Le gouvernement compte investir 1 milliard de dirhams (90 millions d’euros) sur trois ans et faire profiter du programme 375 entreprises exportatrices. Début août, 25 candidats s’étaient déjà inscrits.
Le royaume s’emploie également à renforcer ses liens bilatéraux à l’extérieur du cercle traditionnel de ses partenaires européens, chez qui la demande a progressé de manière peu soutenue ces dernières années. La Commission Mixte de Coopération Bilatérale Maroco-Saoudienne a créé un fonds d’investissement doté de 800 millions de dirhams (71,73 millions d’euros) en vue de stimuler les échanges commerciaux. Les deux pays planchent également sur la mise en place d’une ligne maritime directe qui relierait les ports de Tanger-Med, Radès et Djeddah. Le volume total des échanges entre l’Arabie Saoudite et le Maroc était d’environ 3,3 milliards d’euros en 2012, sachant qu’il s’agit en grande partie d’exportations de pétrole saoudien vers le Maroc.

Derniers résultats

Selon les derniers chiffres publiés par l’Office des Changes, les exportations de biens ont accusé une baisse de 1% au cours des sept premiers mois de l’année, comparé à la même période en 2012, et atteignent 108,1 milliards de dirhams (9,69 milliards d’euros). Ce léger recul s’explique toutefois en grande partie par une baisse en valeur de 18,6% des ventes de phosphates, le premier produit d’exportation en valeur, du fait de la contraction de la demande mondiale. Les exportations totales de biens, hors phosphates, affichent une hausse de 5,2%.
Une analyse détaillée des récents chiffres montre plusieurs segments florissants. Le secteur de l’aéronautique affiche une hausse de 28,7% de ses exportations à fin juillet 2013 par rapport aux sept premiers mois de l’année 2012, passant de 3,6 milliards de dirhams (320 millions d’euros) à 4,6 milliards de dirhams (410 millions d’euros). Si l’aéronautique ne représente qu’à peine plus de 4% des exportations, il s’agit d’un secteur à fort potentiel qui pourrait contribuer à la diversification des exportations du pays, jusqu’alors dominées par les matières premières, au profit d’une production de pointe et à forte valeur ajoutée. En outre, un secteur des exportations aéronautiques fort devrait avoir des retombées positives sur le développement de compétences et de capacités techniques. Le Maroc vise à doubler la taille du secteur d’ici 2020, un objectif qui semble atteignable au vu des prévisions de forte demande mondiale de nouveaux avions sur les vingt prochaines années.
Les exportations automobiles affichent également de bons résultats sur les sept premiers mois de 2013 : elles sont passées de 14,7 milliards de dirhams (1,2 milliard d’euros) à 17,1 milliards de dirhams (1,53 milliard d’euros), soit une croissance globale de 16,6% par rapport à la même période l’année dernière. Le gros de la croissance provient de la construction automobile, qui a vu ses exportations grimper de 59%, passant de 3,8 milliards de dirhams (340 millions d’euros) à 6 milliards de dirhams (540 millions d’euros). Le câblage automobile enregistre une hausse plus modérée de 1,9% et passe de 9,1 milliards de dirhams (820 millions d’euros) à 9,3 milliards de dirhams (830 millions d’euros).

Diversification de l’offre exportable

La croissance de secteurs d’exportation moins importants par le passé et la baisse en valeur des exportations de phosphates se sont traduits par une offre exportable légèrement plus variée. En plus de la croissance à deux chiffres enregistrée par les secteurs de l’aéronautique et de l’automobile à fin juillet, les exportations pharmaceutiques ont progressé de 8,6% (passant de 486 millions de dirhams [43,57 millions d’euros] à 528 millions de dirhams [47,34 millions d’euros]), tandis que les exportations du secteur électronique ont grimpé de 9,4% (de 4,2 millions de dirhams [380 000 euros] à 4,6 millions de dirhams [410 000 euros]). La deuxième plus grande catégorie d’exportations, à savoir les produits agricoles et alimentaires, affiche une croissance de 7,7% (de 1,9 milliard de dirhams [170 millions d’euros] à 2,07 milliards de dirhams [190 millions d’euros]). En conséquence de quoi la part des phosphates dans le total des exportations a évolué à la baisse, s’établissant à 21,4% à fin juillet, contre 26,1% l’année précédente. Les exportations automobiles représentent maintenant 15,9% des exportations, soit une hausse de 2,4 points de pourcentage, tandis que les exportations aéronautiques sont passées de 3,3% à 4,3%.
Néanmoins, le Maroc demeure excessivement dépendant des exportations de matières premières, notamment des phosphates et des produits agricoles, qui représentent plus de 40% des ventes à l’étranger. Une situation qui rend l’économie vulnérable aux fluctuations de la demande mondiale et des cours des matières premières. Il est donc important, sur le moyen terme, de poursuivre les efforts de diversification de l’offre exportable et on peut s’attendre à ce que le gouvernement continue de mettre l’accent sur les secteurs automobile et aéronautique, qui semblent particulièrement prometteurs en matière de croissance à valeur ajoutée.

jeudi 5 septembre 2013

Casablanca dans le TOP 48 des "Top Cities"au monde...

Ipsos’ Top cities of the world : les villes les plus attractives de la planète

Casablanca dans le Top 48 devant Varsovie, TelAviv et Téhéran

Selon une étude d'Ipsos qui a interrogé plus de 18 000 personnes dans 24 pays, Casablanca a été classée à la 44ème place ex aequo avec Budapest et devançant Varsovie, TelAviv et Téhéran. Pour les villes arabes, Abu Dhabi arrive en 4ème place , la Mecque à la 29ème place suivie par leCaire 30ème place.

New York, Londres et Paris

La conclusion la plus frappante de l'enquête Ipsos’ Top Cities est qu'une poignée de ces villes est particulièrement plébiscitée. New York dépasse toutes les autres, mais Londres et Paris, ex aequo à la seconde place, réalisent également un très beau score.
Paris se place même en première position auprès des ressortissants de toute une série de pays, ce qui prouve son rayonnement dans toutes les parties du globe. Les Argentins, les Brésiliens, les Canadiens, les Chinois, les Hongrois, les Indonésiens, les Mexicains, les Russes, les Africains du sud et les Américains donnent en effet à Paris la médaille d’or.

Paris : pour visiter ou y vivre, pas pour les affaires

La capitale du pays le plus visité au monde est le logiquement grand vainqueur des villes où faire du tourisme et les personnes interrogées confirment la réputation de « plus belle ville de monde »  de Paris.
La qualité de vie à Paris est également reconnue : 4ème ville dans laquelle on aimerait le plus vivre, derrière Zurich, Sydney et Londres et juste devant New-York. Paris attire donc bien au-delà des séjours ponctuels.
L’attractivité économique de la capitale reste en revanche à prouver. Sur ce plan en effet, Paris ne se situe qu’en 14ème position, derrière New-York, Abu Dhabi, Honk Kong, Tokyo, Londres, Pékin, Zurich, Berlin, Shanghai, Singapour, Los Angeles, Washington et Sydney.

Cela dit, le monde entier ne rêve pas qu'à l'Amérique et à l'Europe

Les Émirats Arabes Unis ont beau n'héberger qu'une minuscule fraction de la population mondiale, ils exercent une influence importante : Abou Dhabi, par exemple, est classée 4ème ville du monde à visiter. De son côté, Sydney a la confirmation de son statut de « ville du monde » à part entière.

Les villes attirent pour des raisons différentes

New York est le meilleur endroit pour gagner de l'argent, Paris est le meilleur endroit où le dépenser. Mais la grande surprise est Zurich, qui bat toutes ses rivales et est arrivée première au classement des meilleures villes où vivre.
Londres reçoit un très bon vote général. La ville a tout bon et est classée parmi les cinq premières pour chaque question, un exploit égalé par New York uniquement.
À l'autre extrême du spectre, Hong Kong, Pékin et Shanghai ont de beaux résultats comme villes où faire des affaires, mais ne sont pas vues comme des endroits où il fait bon vivre.
On peut également s'interroger sur ces villes qui, malgré leur statut, leur taille, leur histoire et d'autres spécificités demeurent discrètes, en tout cas à l'échelle mondiale. Cette cohorte inclut des villes telles que Madrid, Istanbul et Bangkok.

mardi 14 mai 2013

Mise au point Agence Bayt Mal Al Qods suite à des déclarations de M. Issam Al Ariane

L'Agence Bayt Mal Al Qods Acharif poursuit, sous la supervision de SM le Roi, la mise en œuvre du programme de protection de la ville sainte et de son patrimoine religieux et civilisationnel





MAP
Rabat - L'Agence Bayt Mal Al Qods Acharif, sous la supervision personnelle de SM le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al Qods, a affirmé poursuivre la mise en œuvre des projets vitaux pour la protection de la ville d'Al Qods, et la préservation de son patrimoine civilisationnel et religieux, ainsi que pour le soutien de la résistance de ses habitants.


Dans une mise au point, parvenue mardi à la MAP, l'Agence Bayt Mal Al Qods Acharif, instrument opérationnel du Comité Al Qods, a mis l'accent sur les efforts soutenus déployés, au niveau international, par SM le Roi Mohammed VI, en tant que président du Comité Al Qods, efforts salués par toutes les conférences au Sommet arabes et islamiques, ainsi que par les premiers concernés, en l'occurrence le peuple palestinien, ses dirigeants et leurs structures officielles et populaires.

Cette mise au point fait suite à des déclarations de M. Issam Al Ariane, un des dirigeants du Mouvement des Frères Musulmans égyptiens, relayées, lundi, par la presse égyptienne et des sites électroniques, qualifiant "de faible" le rôle du Comité Al Qods chargé d'examiner la situation dans cette ville sainte et affirmant que ce Comité "n'a pas apporté grand chose à la cause palestinienne".

Les déclarations de Issam Al Ariane, président de l'instance parlementaire du parti de "la Liberté et de la Justice" (au pouvoir), faites lors de la réunion de la commission des affaires arabes et extérieures et de la sécurité nationale à l'Assemblée consultative (Majliss Achoura) sont "non constructives et loin de la réalité".

Il est souligné dans cette mise au point, que l'Agence Bayt Mal Al Qods Acharif, sous la supervision personnelle de SM le Roi Mohammed VI continue de mettre en oeuvre les projets vitaux visant la protection de la ville sainte et la préservation de son patrimoine civilisationnel et religieux ainsi que le soutien de ses habitants résistants".

Al Massae lance son journal on-line et ambitionne de détrôner « Hespress »



Le leader des ventes de la presse écrite au Maroc, le quotidien « Al Massae », fondé par Rachid Niny et aujourd’hui totalement contrôlé par le cinéaste Mohamed Asli, s’apprête à lancer un site internet généraliste dédié à l’information. Une équipe de jeunes journalistes a été recrutée et est déjà à pied d’œuvre dans les locaux du quotidien casablancais. D’après les informations dont nous disposons, le nouveau site en gestation porterait un autre nom, puisque le quotidien « Al Massae » dispose de son équivalent virtuel depuis déjà plusieurs années. Les responsables d’«Al Massae » ne cachent pas leurs ambitions de détrôner le site d’information « Hespress », dont les promoteurs ont emprunté le chemin contraire en lançant il y a quelques mois un magazine qui tarde à connaître le succès remporté par le site éponyme.

Source: Maghreb Intelligence
Une erreur est survenue dans ce gadget