mercredi 12 décembre 2012

LesEchos : Jean-Marc Ayrault au Maroc pour signer une dizaine d'accords


Jean-Marc Ayrault au Maroc pour signer une dizaine d'accords



Le premier ministre entame une visite officielle consacrée au partenariat économique entre les deux pays.
Le retrait de Vivendi du capital de Maroc Telecom sera l'un des dossiers chauds évoqués.

Jean-Marc Ayrault au Maroc pour signer une dizaine d\'accords
Quelque 300 millions d'euros de contrats devraient être signés lors de la première visite officielle de Jean-Marc Ayrault au Maroc. Un voyage centré sur le partenariat économique entre les deux pays, mais aussi destiné à apaiser les susceptibilités marocaines éventuelles, puisque, contrairement à la tradition, le président de la république ne réservera pas au Maroc son premier déplacement dans le Maghreb, mais au voisin et rival algérien, la semaine prochaine. On fait toutefois valoir à Rabat que le premier chef d'Etat reçu à l'Elysée par François Hollande après son élection en mai dernier était le roi Mohammed VI.
Après l'inauguration du tramway réalisé par Alstom, à Casablanca, le chef du gouvernement français devrait signer une dizaine d'accords de coopération dans le domaine automobile, de l'offshoring, de l'agroalimentaire et du tourisme, apprend-on de bonne source. Accompagné d'une centaine d'hommes d'affaires et des ministres des affaires étrangères, du commerce extérieur, de l'intérieur, de l'enseignement et de la recherche, et du redressement productif, le premier ministre coprésidera en outre avec son homologue marocain, Abdellah Benkirane, la onzième réunion de haut niveau entre hommes d'affaires des deux pays. Une réunion consacrée à la « relance des relations économiques, qui est manifeste aujourd'hui après quelques périodes d'essoufflement »,estime Meriem Bensalah-Chaqroun, présidente de la CGEM (confédération du patronat marocain), qui regroupe 40.000 entreprises. Un partenariat d'autant plus dynamique qu'il n'y a pas de passé particulier entre les deux pays, à l'inverse de celui, sensible, entre la France et l'Algérie.
Le partenariat entre Paris et Rabat s'appuie sur des partenariats public-privé (PPP) notamment avec Renault, qui sous-traite largement au Maroc, et avec la construction d'une ligne de TGV Tanger-Casablanca.

Principal fournisseur

Mais c'est la sortie programmée de Vivendi du capital de Maroc Telecom, principale capitalisation du pays, qui constitue le plus gros dossier sur la table en ce moment. On sait que Vivendi, qui possède 53 % du numéro un du téléphone au Maroc aux côtés de l'Etat marocain, compte se désengager pour récupérer 4 milliards d'euros, et France Télécom s'est dit intéressé début décembre. Ce qui impliquerait logiquement que France Télécom se désengage de sa filiale locale, Meditel, numéro deux du marché devant Wana, opérateur très offensif, propriété de la famille royale. Une offensive qui explique en partie le recul de 7 % du chiffre d'affaires de Maroc Telecom au troisième trimestre. Sur neuf mois, le résultat opérationnel consolidé du groupe, qui a des filiales au Gabon, en Mauritanie, au Mali et au Burkina Faso, a reculé de 14,8 % par rapport à la même période de 2011. Maroc Telecom s'est refusé à tout commentaire sur les contacts éventuels avec France Télécom, ainsi qu'avec Qtel (Qatar) ou Etisalat(Emirats arabes unis).
La France est, de loin, le premier partenaire économique du Maroc, devant une Espagne qui rattrapait son retard ces derniers temps ; c'est le principal fournisseur de Rabat, avec une part de marché de 14 % l'an dernier, équivalant à 4,5 milliards d'euros (blé, équipements mécaniques et informatiques), et son principal client, avec 3 milliards d'euros, qui représentent un cinquième des exportations du pays (textiles, agro-alimentaire, pièces détachées automobiles). Paris fournit aussi la majorité des investissements dans le pays, avec un flux de 1,8 milliard d'euros en 2010 (60 % du total), et un stock de 16 milliards (53 % du total) dans les banques, les télécoms, l'immobilier et le tourisme.
Yves Bourdillon

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire